Les termites : un piège pour les bâtiments anciens

Les termites sont de petits insectes sociaux qui jouent un rôle essentiel dans les écosystèmes en décomposant la matière végétale et en recyclant les nutriments. Néanmoins, si leurs qualités xylophages sont un atout pour la nature, elles représentent un danger terrible pour nos bâtiments, en particulier les constructions anciennes.

En effet, les termites se nourrissent de cellulose, un composant présent dans le bois, et peuvent causer des dommages structuraux importants aux bâtiments. Les bâtiments anciens sont particulièrement vulnérables, car ils sont souvent construits avec du bois non traité et présentent des conditions favorables à l’infestation par les termites, telles que l’humidité et un mauvais entretien.

C’est un danger particulièrement important auquel faire attention quand on achète un bien ancien. En effet, les mesures de défiscalisation n’ont aucun intérêt si le bien que vous achetez n’est pas, à la base, qualitatif.

Les différentes types de termites

Les termites sont de petits insectes blanchâtres entre 5 à 10 mm de long, pouvant ressembler aux fourmis (d’où leur surnom de « fourmis blanches »). Comme les abeilles, ce sont des insectes sociaux formant des sociétés hiérarchisées. Ils se nourrissent de cellulose, qui est l’un des principaux composants du bois, mais aussi du papier et de nombreux isolants.

Il existe plusieurs espèces de termites, chacune ayant des caractéristiques et des comportements spécifiques qui peuvent influencer leur impact sur les bâtiments. Les principaux types de termites sont les termites souterrains, les termites de bois sec et les termites de bois humide.

Termites souterrains

Les termites souterrains sont les plus répandus et les plus destructeurs. Comme leur nom l’indique, ils vivent dans des colonies souterraines et creusent des tunnels dans le sol pour se déplacer et chercher de la nourriture. Ils favorisent les lieux où de l’eau est accessible.

Ils construisent également des tunnels de boue, appelés « tunnels de termites », le long des fondations, des murs et des plinthes pour accéder au bois des bâtiments.

Ce sont le principal type de termites en France métropolitaine. Elles représentent 5 des 6 espèces présentes sur le territoire.

Termites de bois sec

Les termites de bois sec infestent directement le bois sec et n’ont pas besoin de contact avec le sol pour survivre. Contrairement aux termites souterrains, ils ne construisent pas de tunnels de boue.

Les termites de bois sec sont capables de vivre dans des environnements très secs et peuvent causer des dégâts considérables aux structures en bois, aux meubles et aux objets en bois. Ils sont moins répandus que les termites souterrains, il n’y en a qu’une espèce en France.

Termites de bois humide

Les termites de bois humide enfin se trouvent généralement dans les zones où le bois est humide ou en décomposition, comme les forêts tropicales et les marécages.

Ils ont besoin d’une source d’humidité constante pour survivre et se nourrissent de bois humide ou pourri.

On ne les trouve pas en France.

Le fonctionnement des colonies de termites

Toutes les colonies de termites fonctionnent selon le même modèle : il y a un couple royal alimenté par des travailleurs et protégé par des soldats. Les fourmis prospectant ingèrent la nourriture puis forment une chaine en se transmettant le mélange de nourriture et de sucs gastriques de « bouche » en « bouche ».

Vous verrez, c’est important à savoir quand nous étudierons la manière de lutter contre.

Le danger des termites

Les termites sont des insectes sociaux qui vivent en colonies et se nourrissent principalement de bois et de matériaux contenant de la cellulose. Leur mode d’action consiste à creuser des galeries et des tunnels dans le bois, affaiblissant ainsi sa structure. Si vous les laissez prospérer, elles pourraient entrainer l’effondrement de votre maison.

Un danger inégal

En France, les termites souterrains sont les plus dangereux pour les bâtiments anciens, en raison de leur capacité à se propager rapidement et à causer des dommages coûteux.

Les termites de bois sec, moins répandus mais présents dans le sud, peuvent aussi infester le bois sec des charpentes et des meubles.

Les termites de bois humide sont moins courantes et ne posent problème que s’il y a un autre problème qui fait que le bois est humide (fuite d’eau, infiltration).

Termites et champignons

Les champignons lignivores et les termites peuvent aggraver conjointement la dégradation du bois dans les bâtiments, en particulier dans des conditions humides et mal ventilées.

Les champignons décomposent la lignine et la cellulose du bois, ce qui réduit sa résistance mécanique et le rend plus vulnérable aux attaques des termites.

De leur côté, les termites peuvent introduire de l’humidité dans le bois lorsqu’ils creusent leurs galeries et leurs déjections forment un substrat nutritif pour les champignons.

La réglementation autour du risque termites

Une loi sur les termites entrée en vigueur le 3 juin 2000 impose la réalisation d’un diagnostic termites à la vente d’un bien immobilier ancien dans les départements objets d’un arrêté préfectoral (en gros tout le sud-est).

La certification sur l’absence de termites est néanmoins d’une efficacité relative, car il est impossible de savoir à quelle date s’est implantée une colonie de termites. Donc si au bout de un an vous vous rendez compte que votre habitation était termitée, c’est dommage pour vous …

Repérer les termites

La détection des termites peut être difficile, car ils travaillent généralement à l’abri des regards. Toutefois, il existe plusieurs signes qui peuvent indiquer leur présence :

  1. Tunnels de boue ou cordons : Les termites souterrains construisent des tunnels de boue le long des fondations, des murs et des plinthes pour se déplacer et accéder au bois. Ces tunnels sont un signe caractéristique de leur présence.
  2. Dommages au bois : Le bois infesté par les termites peut présenter des galeries creusées à l’intérieur, des trous à la surface, ou un aspect écaillé. En tapotant légèrement sur le bois, un son creux peut être entendu s’il est affaibli par les termites.
  3. Essaimage : Au printemps, les termites ailés (reproducteurs) quittent leur colonie pour en former de nouvelles. La présence d’ailes de termites près des fenêtres, des portes ou des fissures dans les murs peut indiquer une infestation.
  4. Bruits : Dans les cas d’infestation avancée, il est possible d’entendre un faible bruit de cliquetis émis par les termites soldats qui se cognent la tête contre le bois ou les parois des galeries pour signaler un danger.
  5. Présence de déjections : Bien que moins courant, la présence de petites particules ressemblant à de la sciure de bois près des zones infestées peut indiquer la présence de termites.
Cordon de boue de termites

Les traitements curatifs anti-termites

Si les termites apparaissent chez vous, il faudra faire appel à un professionnel pour les exterminer. Il faudra d’abord stopper l’invasion en installant des barrières.

Vous pouvez empêcher physiquement les termites d’entrer dans une structure, des barrières peuvent être installées. Cela peut inclure l’utilisation de sable, de gravier ou de membranes spéciales que les termites ne peuvent pas traverser, ainsi que des feuilles de métal comme le cuivre ou l’acier inoxydable. Il y a aussi le traitement chimique du sol avec des néonicotinoïdes (fipronil, imidaclopride) et du Chlorantraniliprole.

Une technique couramment utilisée est l’injection de termiticides (néonicotinoïdes et Chlorpyrifos) directement dans les zones infestées. Cela implique de percer des trous dans les murs ou les sols et d’y injecter des produits chimiques pour tuer les termites. Parfois, des produits sont appliqués directement sur les surfaces infestées pour éliminer les insectes.

Les systèmes d’appâtage représentent une autre méthode efficace. Des stations contenant des appâts empoisonnés sont placées autour du bâtiment. Les termites consomment ces appâts et les ramènent à leur colonie, entraînant la mort de celle-ci. Ces appâts contiennent souvent des régulateurs de croissance des insectes qui empêchent les termites de muer, causant ainsi leur mort.

Des traitements biologiques existent également. Par exemple, des nématodes entomopathogènes, des vers microscopiques, peuvent parasiter et tuer les termites. De même, certains champignons pathogènes sont capables d’infecter et de tuer ces insectes.

Prévenir l’apparition des termites

Le mieux pour lutter contre les termites, c’est encore d’éviter qu’elles infestent votre maison. Pour cela, il y a plusieurs bonnes pratiques :

  • Éviter le contact entre le bois et le sol : Il est recommandé de laisser un espace d’au moins 40 cm entre le sol et les éléments en bois de la construction.
  • Réduire l’humidité : Les termites sont attirés par les environnements humides. Il est donc important de réduire l’humidité autour de la maison en réparant les fuites d’eau et en assurant une bonne ventilation.
  • Utiliser du bois traité : Lors de la construction ou de la rénovation, il est préférable d’utiliser du bois traité contre les termites (avec des Borates et Perméthrine notamment).
  • Inspections régulières : Effectuer des inspections régulières de votre maison pour détecter d’éventuels signes de présence de termites et agir rapidement en cas d’infestation.

Il est aussi possible de traiter préventivement le sol (Fipronil et Imidaclopride).