Les traitements anti-termites : pièges et injections

Les termites sont des insectes xylophages qui peuvent s’infiltrer discrètement dans votre maison et dévorer la cellulose du bois de votre maison. Il y a des méthodes pour prévenir leur apparition, mais si vous avez detecté leur présence et confirmé l’infestation avec un diagnostic, il faut appliquer un traitement « curatif ».

Nous vous recommandons de faire appel à un professionnel pour cette tâche, même si des produits anti-termites existent dans le commerce.

L’injection – pulvérisation

C’est un traitement qui protège le bois pendant plus de 10 ans et anéantit non seulement les termites, mais aussi les autres insectes xylophages, comme les capricornes et les vrillettes.

C’est par exemple ce que fait l’Arcaprotect Bois (voir ci-contre).

Cette méthode a plusieurs inconvénients :

  • Elle ne détruit pas la colonie
  • Elle utilise des produits insecticides toxiques
  • Elle suppose que les charpentes soient accessibles. Cela peut être difficile quand il y a une isolation soufflée devant les chevrons par exemple.

Vous pouvez compléter l’injection par l’application d’un traitement à la surface du bois (par exemple le xylophène pour les « bois d’intérieur », comme les meubles ou le parquet, et le Mauler pour les bois de charpente, voir ci-contre).

Les pièges à termites

Le piège à termite est une solution moins rapide, mais plus profonde. Alors que l’injection – pulvérisation est instantannée, le piégeage prend plusieurs années à fonctionner. Il va affaiblir petit à petit la colonie, jusqu’à l’anéantir.

Cela résulte de son mode de fonctionnement : le piège contient un poison qui va mettre longtemps à agir. Les ouvrières vont le consommer, puis le transmettre par régurgitation à d’autres ouvrières jusqu’aux membres de la colonie elle-même. A chaque régurgitation, une termite sera touchée. Ensuite, le poison mettra du temps à agir : lorsque la termite va muer, il n’y aura pas de nouvelle peau. Perdant sa protection, son organisme mourra et la colonie ne pourra pas identifier l’origine du décès. Ainsi, le poison continuera d’être consommé.

L’avantage est qu’on ne pollue pas l’environnement. Le poison est spécifique est inoculé de manière très précise.

Les obligations réglementaires

Si vous avez une infestation de termites, vous êtes obligés de la déclarer en mairie. Cela permet à vos voisins d’être avertis et d’être plus vigilants au risque termites dans leur propre habitation.

Dès qu’il a connaissance de la présence de termites dans un immeuble bâti ou non bâti, l’occupant de l’immeuble contaminé en fait la déclaration en mairie. A défaut d’occupant, la déclaration incombe au propriétaire.

Pour les parties communes d’un immeuble […]s la déclaration incombe au syndicat des copropriétaires.

Article L126-4 du code de la construction, créé par l’ordonnance n° 2020-71 du 29 janvier 2020

Les aides financières pour traitement anti-termite

Il y a plusieurs aides financières mobilisables pour un traitement anti-termites. Les principales sont :

  • La TVA réduite à 10% pour « les travaux d’amélioration, de transformation, d’aménagement et d’entretien […] portant sur des locaux à usage d’habitation, achevés depuis plus de deux ans »
  • Le dispositif de l’ANAH « Ma Prime Logement Décent » qui peut prendre en charge jusqu’à 80% des dépenses !

Les remèdes de grand mère contre les termites

On entend parfois parler de remèdes de grand mère contre les termites.

Les plus populaires sont le bicarbonate de soude, les huiles essentielles, la terre de diatomée ou la javel.

Je les présente dans l’article ci-contre et montre que ce ne sont pas des alternatives à l’intervention d’un professionnel.