Le refus de permis, un risque à anticiper de l’investissement immobilier. Retour d’expérience.

Il y a de nombreux risques à envisager quand on achète un immeuble ancien : les fuites d’eau, les problèmes structurels, les insectes, l’électricité … Néanmoins, il y en a un à côté duquel on peut passer : le refus du permis de construire à cause des Architectes du Bâtiments de France.

C’est un nom qui fait frémir beaucoup de propriétaires et qu’un Youtubeur investisseur (« Auto investisseur ») a rencontré.

En apparence, une « pépite »

Le youtubeur avait présenté, dans une vidéo l’année précédente, ce logement dans une ville avec un coût au m² élevé. Il nous expliquait qu’il allait faire de la plus-value en augmentant la surface habitable du logement.

Le toit très pentu le privait en effet de la moitié de la surface de l’étage et le sous-sol était aménageable.

Néanmoins, cela supposait de refaire la toiture (comme ci-contre) …

Et le site était plus ou moins classé !

Sans cette possibilité, il n’avait pas tout perdu : en négociant bien l’achat, il pouvait espérer une petite plus value. Néanmoins, c’était un vrai problème pour lui. Il n’a toutefois pas lâché l’affaire.

L’obtention laborieuse du permis de construire

Il a toutefois dû s’armer de patience : le recours aux Architectes des Bâtiments de France (ABF) double le délai de réponse. Et son second projet, qu’il espérait correspondre à l’attente des décideurs, a aussi été refusé.

Néanmoins, il a, au final, obtenu son permis de construire. Pour cela, il est revenu à son projet initial, mais il ne l’a pas simplement envoyé. Il a d’abord fait le tour du village pour montrer que cette architecture y était fréquente, puis, il a pris un rendez-vous physique et s’est fait accompagner par un architecte.

Sa présentation de son projet en détails a permis de lever les craintes des ABF et d’obtenir son permis.

Conclusion, faut pas lâcher ! Mettez-vous à la place de votre interlocuteur et levez ses craintes.